Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 18:47

Jusque là je n'avais pas fait d'article sur le rempotage des orchidées et bien je vais y remédier.

 

Le rempotage joue un rôle très important dans la culture d'une orchidée. En effet s'il n'est pas adapter ou de mauvaise qualité et bien cela jouera sur l'évolution de la plante.

 

  • Ce qu'on sait

On sait que les orchidées sont pour la plupart des plantes épiphytes (c'est à dire que dans la nature, elles poussent sur des arbres ou autres supports mais sans s'en servir pour se nourrir), cela signifie donc qu'elles ne poussent pas en pleine terre donc les terreaux classiques ne leur conviendront pas. Il leur faudra donc un substrat adapté et qui ce se rapproche de celui qu'elles ont en pleine nature.

Il existe également des orchidées dites terrestres (comme par ex : les Ludisia ou encore les Cymbidium ) qui supporteront un substrat à base de terreau.

 

  • Le substrat

Il nous faudra donc un substrat bien drainant et qui ne sera pas rétenteur d'eau.

La plupart du temps, il sera composé d'écorces de pin maritime en grande majorité mais aussi de billes d'argile ou de charbon ou bien encore de  perlite ou bien un mélange de ces composants (certains mettent aussi de la mousse, de la sphaigne ou encore du polystyrène).

Bref chacun y va de sa sauce mais toujours avec un majorité d'écorces et toujours avec des composants bien draînant qui ne retiennent pas l'eau.

 

panneau danger Les substrats tout prêt que l'on trouve en jardineries et autres magasins ne conviennent pas aux orchidées sauf à celles dites terrestres. Il est composé de tourbe qui retient l'eau et entraîne la pourriture des racines à long terme.

Il vaut mieux faire son propre substrat ou bien le faire préparer chez un professionnel des orchidées comme les producteurs.

 

  • Les écorces

C'est le composant principal du substrat. les racines vont s'y accrocher après (comme dans la nature).

Il faudra l'adapter selon l'orchidée à rempoter. C'est la grosseur des racines qui va déterminer la taille des écorces. Plus les racines seront fines, plus les écorces seront petites.

Les Vandas (pour ceux qui les cultive en pot ou panier) vont utiliser des écorces de grosses taille (voir avec un peu de charbon) et c'est tout.

Les orchidées type Phalaenopsis (hybrides et certains botaniques) vont être rempotées avec des écorces de taille moyenne.

Et les orchidées type Oncidiums, Odontoglossums et certains Dendrobiums vont être rempotées avec des écorces de petites taille.

 

On trouve en jardinerie des sacs d'écorces de pin maritime de grande taille mais il en éxiste également de petite taille et en petite quantité (et aussi plus onéreux)

 

  • Les pots

Lorsqu'on rempote une orchidée, il ne faut pas choisir un pot trop grand. Les racines aiment être à l'étroit ce qui favorise la croissance de la plante.

Si le rempotage se fait et que les racines ont de la place, on gardera le même pot.

Si on rempote car la plante manque de place, on choisira alors un pot de 1 à 2cm de plus.

Quant on débute, les pots transparents sont assez pratique car ils permettent de voir les racines et donc de faciliter les arrosages.

 

  • Le rempotage

Généralement, on rempote une orchidée tous les 2 à 3 ans quant la plante est à l'étroit dans son pot ou que le substrat commence à se dégrader.

Cependant, lorsque l'on achète une orchidée en magasin ou jardinerie, elle possède une boule de sphaigne et si on maîtrise mal les arrosages, cela entrainera la pourriture des racines. Dans ce cas là, il est conseillé de rempoter son orchidée après son arrivée.

On attendra de préférence la fin de la floraison pour rempoter une orchidée sauf si on avraiment pas le choix.

 

Comment procéder :

 

Tout d'abord on prépare le matériel : - le substrat préparé et humidifié en ayant pris soin de bien lavé et désinfecté les composants avant).                       

                                                             - un ciseau ou sécateur stérilisé,

                                                             - le pot.

 

La première étape sera de dépoter la plante. Parfois les écorces sont coincées dans les racines, dans ce cas on peut laisser tremper la motte un petit moment dans de l'eau cela ramollira les racines et permettra d'enlever les racines.

Ensuite à l'aide du sécateur stérilisé on enlèvera les racines vieilles, mortes ou abîmées creuses ou plates)

Vient ensuite le moment du rempotage. On peut placer au fond du pot des billes d'argiles pour garder l'humidité. Ensuite une couche de substrat. On place la plante et on complète de substrat.

Si c'est necessaire, on peut utiliser un tuteur pour aider le substrat à aller entre les racines.

Si le substrat avait été humidifier, il ne sera pas utile d'arroser par contre si le substrat était sec, arrosez légèrement mais pas trop et bien laisser égoutter.

Et voici donc votre orchidée rempotée.

 

Après un rempotage, il est conseillé de laisser la plante au repos 2 à 3 semaines avant de reprendre les arrosages et ne surtout pas utiliser d'engrais sur une plante rempoter (attendre des signes de croissance de la plante).

 

J'ai trouvé ces 2 petites vidéos qui résument bien le rempotage.

La première est un résumé du rempotage et la deuxième je l'ai choisi car il y a plusieurs rempotages selon le type d'orchidée.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Repost 0
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 18:01

C'est la deuxième grande catégorie de Dendrobiums avec les Dendrobiums de type nobile.

Ils doivent leur noms à leurs fleurs qui ressemblent à celles des Phalaenopsis.

Il éxiste de nombreux hybrides de Dendrobiums phalaenopsis, c'est pour cette raison qu'on en trouve de plus en plus en jardineries.

De plus, ils sont de culture assez facile si l'on a de beaux espaces lumineux à leur offrir.

Contrairement aux Dendrobiums nobiles, les Dendrobiums phalaenopsis peuvent fleurir plusieurs fois dans l'année s'ils ont de bonnes conditions de culture.

Tout comme les Dendrobiums nobiles, les pousses sont des cannes avec des feuilles disposées par paires le long de celles-ci. Arrivées à maturité, une (ou plusieurs) hampe se forme et portera la floraison.

 

Dendro-Phalae-parme--2-.jpg P1060348 P1060576 dendros-phalae-2.jpg Dendros-phalae-1.jpg

Les 3 premières images sont mes Dendrobiums phalaenopsis et 2 autres sont issues du net (merci de me signaler si elles vous appartiennent)

 

ORIGINE

 

Les Dendrobiums phalaenopsis sont originaire de l'Asie tropicale, on les trouve dans l'Himalaya mais aussi en Australie et dans les îles du pacifique.

On compte jusqu'à 1600 espèces.

 

FLORAISON

 

Les Dendrobiums phalaenopsis fleurissent généralement en hiver sur une hampe florale en bout des cannes. Cependant comme ils n'ont pas de périodes de repos, si leur conditions de culture sont bonnes, ils peuvent refleurir plusieurs fois.

une canne peut également produire plusieurs hampes (soit au bout de la canne ou bien à la base des feuilles)

 

CULTURE

 

Les Dendrobiums phalaenopsis sont des orchidées de la famille des tempérées-chaudes qui aiment des températures de l'ordre de 25 à 30°C le jour et 18 à 20°C la nuit.

Ils ont besoin de beaucoup de lumière avec quelques heures de soleil direct ( en évitant les heures ou le soleil est le plus chaud).

Ils peuvent être mis (si cela est possible) en extérieur dès le les températures dépassent les 15°C en évitant le plein soleil aux heures les plus chaudes (risque de brûlures).

Les Dendrobiums phalaenopsis n'ont pas de période de repos mais d'une manière générale les nouvelles pousses apparaissent au printemps pour arriver à maturité durant l'été. Ensuite les hampes florales apparaîtront pour aboutir à la floraison durant l'hiver.

 

ARROSAGE

 

Pendant la période de croissance, l'arrosage sera régulier et abondant (sans détremper la plante).

Espacer les arrosages arrosages en hiver en laissant sécher le substrat entre deux.

 

ENGRAIS

 

Les Dendrobiums phalaenopsis ne sont pas de gros consommateurs d'engrais.

En période de croissance, donner un apport en engrais régulier mais léger, dilué à 1/2 voir 1/4 de la dose recommandée et stopper dès que les jeunes cannes atteignent la taille des anciennes hampes et reprendre à l'apparition des hampes florales.

Pas d'engrais lorsque que la plante n'est pas en croissance.

 

REMPOTAGE

 

Le rempotage a généralement lieu tout les 2 à 3 ans lorsque la plante est trop à l'étroit dans son pot.

Le rempotage se fera lors de l'apparition de nouvelles racines dans un pot légèrement plus grand mais pas trop (pas plus de 2 cm de plus).

Côté substrat, utilisé un substrat bien draînant à base d'écorce de pin de taille moyenne, d'un peu de sphaigne et de billes d'argiles de petite taille.


 

Ma culture de mes Dendrobiums phalaenopsis : Mes Dendrobiums sont dehors dès qu'il fait plus de 15°C, je les places mi-ombre avec le soleil du matin et de l'après-midi en évitant le créneau 11h -15h (voir 16h en été).

Je les arroses une fois par semaine en moyenne (avec un arrosage intermédiaire si necessaire en été).

J'apporte un engrais léger (1/4 de la dose) à chaque arrosage pendant la croissance.

Sur mes 2 Dendrobiums phalaenopsis, un m'a fait 2 nouvelles pousses en croissance actuellement et l'autre a sortit 6 nouvelles hampes florales bien avancées à ce jour.

 


Cet article est réalisé à partir de mes recherches sur le net.


Repost 0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 14:58

Alors aujourd'hui je vais vous parler des Dendrobiums.

Il existe plusieurs type de Dendrobiums : les Dendrobiums de type nobile et les Dendrobiums de type phalaenopsis.

C'est donc au Dendrobiums de type nobile que l'on va s'intéresser aujourd'hui.

 

Les Dendrobiums sont des orchidées que l'on trouve de plus en plus en jardinerie mais il faut savoir que certaines conditions sont nécessaire pour pouvoir les faire refleurir dans le temps.

 

Les Dendrobiums nobiles se présentent sous la forme de longs pseudo-bulbes appelés "cannes" sur lesquelles sortent les boutons floraux.

 

 

P1040213 Dendro stardust P1040676 P1040215

 

 

ORIGINE

 

Les dendrobiums sont originaire de l'Himalaya mais on les trouve également dans le Sud-Est de l'Asie, au Vietman, En Thaïlande et aussi dans le Laos

Ils ont été découvert vers 1830.

Ils poussent jusqu'à 1500m d'altitude, dans des forêts caduques avec une humidité élevée et de grandes périodes de moussons à la belle saison et une période au sec durant l'hiver.

 

FLORAISON

 

La floraison des Dendrobiums nobiles commence à la fin de l'hiver jusqu'au printemps.

pour initier la floraison chez les Dendrobiums, une période de repos et un écart de température jour/nuit d'environ 10°C est nécessaire (j'y reviendrai dans le section culture)

Si cette période n'est pas respecté, des keikis se formeront à la place des boutons floraux.

 

CULTURE

 

Les Dendrobiums nécessitent beaucoup de lumière, un bon taux d'humidité (de l'ordre de 70 à 80%) ainsi qu'une bonne ventilation.

Ils doivent, si possible, être mis en extérieur lorsque les températures sont au dessus de 5 à 10°C avec du soleil (éviter cependant le soleil entre 12 et 15h).

En général, au beaux jours, les Dendrobiums sortent de nouvelles pousses (cannes) . Ces nouvelles cannes vont donc pousser en alternant des feuilles jusqu'à la fin de leurs croissance. Celle-ci se distingue par l'apparition d'une dernière feuille à son extrémité plus petite et plus au centre.

Lorsque les cannes sont arrivées en fin de croissance, il faudra mettre la plante au repos avec un écart de température d'au moins 8 à 10°C entre le jour et la nuit. Durant cette période on laissera la plante au sec et à la lumière (ou plein soleil en extérieur).

Cette étape est très importante car sans cette période de repos, le Dendrobium risquera de ne pas fleurir et de faire des keikis à la place.

 

panneau_danger.gif Lorsque les anciennes cannes qui ont fini leur floraison, il est important de ne pas les couper car elles servent de réserve d'eau pour les nouvelles. De plus des keikis peuvent se former sur les anciens boutons floraux.

 

ARROSAGE

 

En période de croissance, les arrosages seront fréquents c'est à dire qu'il ne faut pas laisser sécher totalement le substrat mais cependant il ne doit pas être détrempé au risque de faire pourrir les racines.

Lorsque les cannes sont arrivées en fin de croissance, on ralentira (voir stopper) les arrosages jusqu'à l'apparition de boutons floraux.

Les arrosages ne reprendront que lorsque les boutons floraux seront bien formés.

 

ENGRAIS

 

En période de croissance, l'apport en engrais doit être important car les Dendrobiums sont réputés pour être gourmands.

L'engrais peut donc être donner soit à 1/2 ou 1/4 de la dose à chaque arrosage ou bien plus espacés à la dose recommandée sur l'emballage.

L'apport en engrais sera stoppé lorsque les cannes ont terminé leur croissance et ce jusqu'à la formation des boutons floraux (bien attendre qu'ils soient bien formés).

 

REMPOTAGE

 

Le rempotage se fait lorsque le pot est trop petit. Rempoter de préférence lors de l'apparition de nouvelles cannes.

Lorsqu'il y a trop d'anciennes cannes, on peut alors en supprimer quelques unes si celles-ci n'ont plus de feuilles.

On choisira un substrat drainant à base d'écorce de pin, un peu se sphaigne et de billes d'argiles.

Ne pas choisir un pot trop grand (1 à 2cm de plus que l'ancien est suffisant).

 

 

Ma culture de mes Dendrobiums de type nobile :  Mes Dendrobiums sont placés dehors (avec le soleil du matin et de la fin d'après midi) dès que les températures sont au dessus de 5°C. Je les arroses en moyenne 1 fois/semaine avec de l'engrais (à 1/4 ou 1/2 de la dose). Pendant les périodes de grosses chaleurs ou si la plante a beaucoup soif, je fais un arrosage intermédiaire (un peu plus léger et sans engrais).

Les cannes des miens sont bientôt arrivées en fin de croissance, je ne vais donc pas tarder à attaquer la période de repos au sec et dehors tant qu'il fait plus de 5°C, après ils rentreront à la buanderie non chauffée ce qui va leur permettre de conserver les écarts de températures jour/nuit.

 

Cet article est réalisé à partir de mes recherches sur le net.

 

 

 

Repost 0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 11:31

Hier, je vous faisais un petit article sur mes débuts avec les orchidées montées. J'ai pas mal potassé dans la soirée et vu que j'ai beaucoup de mal à gérer les arrosages, j'ai fais quelques modifs sur mes montées.

En effet, la tendance aux moisissures sur mes montées, vient (je pense) que je met trop de sphaigne qui retient beaucoup l'humidité et du coup fait pourir les racines.

Je sais que les orchidées supportent mieux la sécheresse que l'humidité, j'ai donc décidé de supprimer la sphaigne et de les laissé évoluer comme si elles étaient en pleine nature sur un arbre. Cela necessitera des arrosage plus fréquents. Je les arroserai donc tous les jours, voir 2 fois/jour si necessaire.

 

Je vous tiendrais au courant de mes constatations au fur et à mesure de leur évolution.

 

Repost 0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 22:21

Bon ben ça y est depuis environ 1 mois, je me suis lancé - enfin je tente de me lancer pour être plus exact - dans la culture sur plaque pour quelques unes de mes orchidées.

 

J'utilise pour l'instant des plaques de liège (courament utilisé dans ce type de culture)

Je tente l'expérience sur 2 orchidées : un Phalaenopsis hybride qui m'a été offert par Mr Falcinelli (c'est d'ailleurs lui qui m'a suggéré de le monter sur plaque ) et sur une division d'Oncidium pluir d'or.

 

Après quelques soucis de moisissures des racines et pour trouver le bon rythme d'arrosage (je tate encore de ce côté là), il me semble que je commence à trouver un rythme à savoir un arrosage 1 jour sur 2 (selon les températures) et vaporisation les jours de non arrosage.

 

Le Phalae, je l'ai monté   semble se plaire car il me fait une hampe.

Pour l'Oncidium, je n'ai pas encore de recul car je l'ai mis sur plaque la semaine dernière.

 

P1070695.JPG P1070698.JPG

Repost 0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 09:35

Aujourd'hui un petit article sur les Ludisias.

 

Appelé "orchidée bijou" en rapport à son feuillage de texture velours et  bien souvent coloré, cette orchidée est un peu moins connue par rapport à certaines.

Les ludisias sont souvent cultivés pour leur feuillage. Ils fleurissent une fois par an environ. Les fleurs sont de petites tailles.

Ludisia discolor red velvet (17) Ludisia-3.jpg Ludisia-1.jpg LudisaDiscolor-2.jpg

Ces images sont issues du net (sauf la première qui est la mienne), dans le cas ou l'une d'entre elles vous appartiendrait merci de me le signaler, je la retirerai.

 

ORIGINE

 

Les Ludisias sont originaires de l'Asie du sud-est, de l'Inde, de la Chine et de l'Indonésie.

Plante décrite par Jonh Bellenden Ker en 1818 en tant "goodyera Discolor" puis par Achille Richard  en tant que "Ludisia".

Ils poussent à des altitudes de 200 à 1500m dans des forêts ombragées, humides et chaudes. Ce sont donc des orchidées de culture tempéré-chaude.

Ce sont des orchidées dites "terrestre" car elles poussent et s'étendent au sol.

 

FLORAISON

 

Les ludisias fleurissent généralement en hiver (de Novembre à Février).

Les hampes se forment au embout des tiges appelées tronçons.

Les fleurs sont de petite taille, blanches au labelle jaune, de forme asymétriques et elles sont non parfumées.

La floraison dure environ 3 semaines.

Les hampes ne font qu'une floraison, il faut couper les hampe défleuries.

 

CULTURE

 

Comme dans leur milieu naturel, les Ludisias aiment les situations ombragées et humides.

Le taux d'humidité conseillé est de 60 à 80%.

La culture des ludisias convient bien en intérieur ou serre. Ils peuvent être mis en extérieur au beau jour mais il faut veiller à les placés à l'ombre et à l'abri de la pluie qui tache le feuillage. Il faut donc éviter également de les brumiser.

Ils sont de croissance rapide et poussent plus en largeur qu'en profondeur, c'est pourquoi ils apppécient des pots plus bas et large.

Leur racines sont fines et fragiles.

Ils n'ont pas de période de repos mais après la floraison il est conseillé de les garder un peu plus au sec jusqu'à l'apparition de nouvelles poussent.

Les nouvelles poussent se forment à l'extrémité des vieilles tiges mais aussi à la base.

Ils apprécient les températures entre 20° et 28°C le jour et entre 17° et 23°C la nuit (14°C minimum). Un écart de température jour/nuit n'est pas nécessaire 1° à 3°C suffisent.

 

panneau_danger.gif Les Ludisias sont attirés par la lumière, les tiges poussent donc en direction de la lumière, veillez donc à tourner le pot de temps en temps pour uniformiser les pousses.

 

ARROSAGE

 

Les arrosages doivent être régulier sans jamais laisser sécher complètement le substrat mais il ne faut pas non plus qu'il soit détremper sinon les racines risquent de pourrir.

Espacer légèrement les arrosages après la floraison jusqu'à l'apparition de nouvelles pousses. Reprendre ensuite le rythme régulier des arrosages.

Eviter les vaporisations afin de ne pas abîmer le feuillage.

 

ENGRAIS

 

L'apport d'engrais doit être régulier à raison d'un arrosage sur deux.

Arrêter l'apport d'engrais après la floraison et reprendre dès l'apparition de nouvelles pousses.

 

REMPOTAGE

 

Le rempotage se fait quant le pot devient trop étroit.

Rempoter dans un pot bas et large avec un substrat légèrement humide mais bien draînant (par ex 50% terreau, 50% écorces).

 

BOUTURAGE

 

Les Ludisias se bouturent très facilement à partir des tiges (tronçons) pour celà il suffit de prélever un bout de tige et de le mettre dans de l'eau puis le rempoter dans des écorces fines, du terreau de feuilles et billes d'argiles (ou aussi dans le substrat de la plante mère mais avec des écorces fines).

Certains les bouture directement dans le substrat.

 

Ma culture de mon Ludisia : Chez moi mon Ludisia est dehors depuis Juin, à l'ombre et à l'abri de la pluie. Il est arrosé toutes les semaines environ et je lui fait un mini arrosage intermédiaire si necessaire. Je lui donne de l'engrais une fois par mois environ. Je vais la rentré sous peu car les températures commencent à être basses la nuit.

Je n'ai pas encore eu de floraison mais pleins de nouvelles pousses pour l'instant.

Vous pouvez la retrouver dans son article de présentation.

 

Cet article a été élaboré à partir de mes recherches issues du net.

 

Repost 0
3 septembre 2012 1 03 /09 /septembre /2012 19:27

Je viens vous donner des nouvelles de mon Rhyncada summit french town en sauvetage (dont je vous avais parlé ici et )

 

Après lui avoir donné un bain d'eau miéllée, je l'ai placé sur un lit de sphaigne en le vaporisant quotidiennement.

 

P1040859

 

Dans un premier temps, je l'avais mis en intérieur mais des moisissures et pourritures sont apparues sur les racines restantes, je l'ai alors donc placé en extérieur sur ma terrasse toujours avec vapo quotidienne.

Une nouvelle racines est apparue mais malgré tout les autres n'étaient pas belles, j'ai donc décidé de tout couper et de laisser que ce qui était sain.

Une nouvelle pousse est ensuite apparue et récemment une deuxième.

 

 

 

 

 

 

Voici quelques photos de l'évolution

 

P1050872.JPG  P1060288.JPG  P1060708.JPG  P1070126.JPG

 

Sur ces photos on voit l'évolution des nouvelles poussent et des petites racines suivent le même rythme.

Je lui laisse donc ce régime qui a l'air de lui convenir.

Repost 0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 19:12

Le Cymbidium est une espèce très populaire surtout au moment des fêtes en partie dû à sa floraison hivernale.

Ce sont des plantes à réputation tenace avec des floraisons abondantes.

Ce sont des orchidées dites "tempérées-froides" car elles supportent des températures assez basses.

Les Cymbidiums sont des épiphytes et sympodiales (nouvelles pousses sous forme de pseudo bulbes tous les ans à la base des anciens).

Les pseudos bulbes sont de forme ovoïdes. Les feuilles sont fines et coriaces. Les racines sont épaisses et charnues et les fleurs sont cireuses et parfois parfois parfumées.

 

 

Voici quelques photos de Cymbidiums.

 

cymbidium cymbidium-5.jpg  cymbidium 2   cymbidium 3  

(Ces images ont été récupérés sur internet, dans le cas où elles vous appartiennent merci de me le faire savoir, je les retirerai)

 

 

ORIGINE

 

 

Les Cymbidiums sont originaires des régions montagneuses d'Asie (Himalaya, Népal,...) mais aussi de Chine, du Japon et également d'Australie.

Il existe une soixantaine d'espèces botaniques. Ces espèces botaniques ont été croisées et ont données naissance à des milliers d'hybrides que l'on trouve dans les jardineries et fleuristes.

On trouve également une espèce miniature de Cymbidium dans sa forme hybride.

 

 

FLORAISON

 

 

L'apparition des boutons  survient en période hivernale.

Chaque hampe peut avoir jusqu'à une douzaine de fleurs pouvant aller de 5 à 10 cm selon l'espèce.

 

 

CULTURE

 

 

La cuture des Cymbidiums est plutôt conseillé en véranda ou serre car ils demandent beaucoup de lumière et des températures fraîches en hiver. Il est également conseillé de les sortir en extérieur dès que les gelées sont passé et de les rerentrer aux prochaines gelées.

La culture en appartement est donc beaucoup plus difficile pour leur apporter les bonnes conditions (cela reste malgré tout faisable si l'on possède une pièce bien lumineuse et plus fraîche en l'hiver).

En serre et véranda, un ombrage (par voilage par exemple) est fortement conseillé pour éviter les brûlures du feuillage.

En extérieur placer la plante à l'ombre dès qu'il fait chaud (printemps, été). Cependant elle peut être exposée au soleil du matin et de la fin de journée.

Les Cymbidiums peuvent donc rester en extérieurs et en plein soleil (l'hiver) tant qu'il ne gèle pas. En intérieur, ils doivent être placés près d'une fenêtre avec beaucoup de luminosité.

 

En automne et en hiver, les températures doivent être comprises entre 0-10°C (la nuit) et 20°C (le jour)

Au printemps et en été, les placer si possible en extérieur. Les Cymbidiums n'apprécient pas trop les températures au dessus de 30°C.

 

ARROSAGE

 

A partir du printemps et dès que les températures sont à la hausse, il faut augmenter les arrosages (1 à 2 fois par semaine si nécessaire) cependant le substrat ne doit jamais être détrempé et les racines ne doivent jamais baigner en permanence dans l'eau car les racines risquent de pourrir.

Quant la plante ne pousse plus, il faut espacer les arrosages en laissant bien sécher le substrat entre 2 arrosages.

Attention si la plante reste dehors l'hiver il ne faut pas l'arroser car froid + humidité = risque de pourriture des racines.

 

 

ENGRAIS

 


Les Cymbidiums sont gourmands en engrais en période de croissance (feuilles, racines et fleurs), durant cette période arroser avec de l'engrais une fois sur deux (en respectant bien les dosage indiqués en fonction de l'engrais utilisé).

Arrêter la fertilisation lorsque la plante ne pousse plus.

 

Attention avec les engrais, chacun y va de sa sauce sur les engrais à utiliser et les dosages à appliquer. Il vaut mieux sous doser l'engrais que le sur doser (qui lui fera plus de mal que de bien au final).

 

REMPOTAGE

 

 

Le rempotage des Cymbidiums se fera lorsque le pot devient trop étroit ou que le substrat est en mauvais état. Si le substrat n'est pas abîmé on peut simplement placer la motte dans un pot plus grand et compléter avec un substrat neuf).

Le rempotage se fera lors de l'apparition de nouvelles racines et hors période de floraison.

Le substrat pour orchidées vendu en jardineries convient bien car il est à la fois drainant et lourd.

lors du rempotage, si la plante est trop volumineuse on peut supprimer la partie des pseudos bulbes sans feuilles s'il sont plus nombreux que les pseudos bulbes feuillus. C'est aussi l'occasion de diviser la plante si on le souhaite (en veillant bien de faire attention aux racines) afin de les replanter dans de nouveaux pots.

 

 

Cet article est issu de diverses recherches sur internet, entre autre le site orchidouxdingues qui me sert beaucoup pour mes cultures.

 

Repost 0
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 22:25

Après avoir longuement hésitée car il est en pleine floraison, je l'ai quant même rmpoter.

 

Il avait subit 2 chutes l'année passé et avait perdu un peu de substrat mais il grossi et à tendance à être désiquilibré par le poids des feuilles du coup il sortait de plus en plus du pot.

 

 Phalae-hyb-blanc-2.jpg

 

Le voici en mai. Depuis sa ramification est toute en fleur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1040944-copie-1

 

 

Le voici après un nettoyage des racines. Quelques vieilles racines et quelques pourries, je pense que ça lui aura pas fait de mal.

 

 

 

 

P1040945.JPG

 

 

 

Le voici rempoté.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1040947.JPGEt le voici revenu à sa place. Bon je sais, vous allez dire que les fleurs sont "légèrement" penchées. C'est normal vu que j'ai redressé les feuilles. J'ai mis un tuteur histoite quelles regardent pas parterre. Et c'est rigolo car mon ordi est juste à côté et quant je suis dessus on dirait qu'elles me regardent

Repost 0
8 juin 2012 5 08 /06 /juin /2012 18:34

Il y a 10 jours, je vous parlais d'une de mes orchidées qui était en tentative de sauvetage, et bien je viens vous donner des nouvelles.

 

Depuis la situation s'est légèrement dégradée. Pas non plus catastrophique mais suffisament pour m'alerter et trouver une autre solution.

 

En effet, j'ai constaté que la plante se desséchait et commençait à légèrement jaunir par le haut. Ceci est surement au fait que la plante ayant que très peu de racines (à moitié viable en plus) la plante puise l'énergie dans ses feuilles pour se nourrir entraînant ainsi le dessèchement (si j'ai bien tout suivi d'après mes recherches).

 

Après pas mal de recherche sur le sujet dans les cas en grand désespoir, j'ai donc changer de méthode pour ce sauvetage. Merci au forum d'orchidées.fr ou j'ai trouvé une grande partie de cette technique.

Effectivement j'y ai appris que le miel avait des propriétés nourrissantes mais aussi fongicide et antibactérien. Bien sûr pour l'instant rien n'a été prouvé scientifiquement mais ceux qui ont pu tester cette méthode ont eu de bon résultats alors je me dit que ça ne coûte rien d'essayer !!!

 

J'ai donc préparer une solution à base d'eau tiède 20/25°(1/4l), de miel (1 grosse CS) et d'hormone de bouturage (2 pointes de couteau) et j'y ai trempé ma plante pendant 48h après quoi je la mettrais sur un lit de sphaigne avec une hydration journalière jusqu'à apparition de nouvelles racines....La méthode donné sur le forum indique un rempotage directement après mais je préfère passer par le lit de sphaigne (ou de billes d'argiles si on a pas de sphaigne) qui avant de rempoter car je sais que la sphaigne donne de très bon résultat...

 

Sauvetage à suivre

 

 

P1040794-copie-1.JPG

P1040795

Repost 0